ALDI CR-Support à Hong Kong – Les sites de production sous haute surveillance

De nombreux produits non alimentaires commercialisés par ALDI sont fabriqués en Asie, comme les textiles, les jouets et les meubles. Hong Kong est donc le site idéal pour la société ALDI CR-Support Ltd., qui travaille étroitement avec notre service RSE. L’équipe examine les conditions sociales et de travail des sites de production. 

Tags

L

a société ALDI CR-Support Ltd. est dirigée par Christian Lohoff. Ce n’est pas la première fois que cet homme de 36 ans travaille à l’étranger. Avant de rejoindre ALDI Einkauf en 2013, il avait déjà vécu deux ans au Canada. Une expérience qui l’a aidé à rapidement s’adapter à la vie hongkongaise. En tant que Directeur RSE, Christian Lohoff est un expert de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise au sein de la chaîne d’approvisionnement. Dans cette société fondée en 2015, il dirige une équipe de 13 collaborateurs. Les audits sont au cœur de son attention et c’est la spécificité d’ALDI CR-Support. Lors d’un entretien, Christian Lohoff raconte son travail au quotidien et les plus grands défis qu’il doit relever sur les sites de production.

En bref

Schéma ALDI Nord en Asie
  • Raison sociale : ALDI CR-Support Asia Ltd.
  • Année de création : 2015
  • Nombre de collaborateurs : 14
  • Mission principale : visite et contrôle des sites de production en Asie

En quoi consiste précisément la mission de la société ALDI CR-Support ?

Notre mission principale consiste à contrôler les fournisseurs et les sites de production auxquels nos fournisseurs font appel. Pour cela, nous avons développé au cours de ces deux dernières années notre propre processus, baptisé ALDI Social Assessment ou ASA. Dans le cadre de ces contrôles sur site, nous vérifions, par exemple, si la rémunération des collaborateurs est conforme à la loi. La sécurité sur le lieu de travail et la santé jouent également un rôle important. En tant que Directeur d’équipe, je travaille avant tout de mon bureau pendant que mes collègues procèdent aux contrôles nécessaires sur le terrain, directement dans les usines. Je m’efforce toutefois d’être également le plus souvent possible présent sur le terrain. C’est important pour comprendre les défis auxquels les sites de production sont actuellement confrontés.

Directeur de l'unité RSE à Hong Kong

Christian Lohoff
Directeur d’ALDI CR-Support Asia Ltd.

Comment se déroule précisément un contrôle sur site ?

Avant la phase d’audit, nous devons choisir les sites de production de nos fournisseurs que nous souhaitons absolument visiter. Dans le domaine du textile, nous nous sommes fixé comme objectif de contrôler la majorité des usines avec lesquelles travaillent nos fournisseurs. Pour les équipements, comme les produits électroniques ou les meubles, nous nous focalisons pour l’instant sur les fournisseurs qui sont les plus importants ou qui représentent le risque le plus élevé. Une fois la décision prise, nous examinons différents documents au bureau et analysons toutes les informations dont nous disposons au sujet des sites de production. Nous savons ainsi précisément ce à quoi nous devons être particulièrement attentifs sur le terrain. Le jour de l’audit, après un premier échange, nous examinons tout d’abord la comptabilité et les documents les plus importants. Nous vérifions très précisément si tout est en ordre. Une communication et une collaboration étroites avec nos fournisseurs et les sites de production sur le terrain nous permettent ainsi de bénéficier d’une plus grande transparence tout au long de nos chaînes d’approvisionnement. Après avoir consulté tous les documents, nous passons à l’usine. Lors d’une inspection, nous vérifions le respect des normes sociales et de travail au moyen d’une liste de contrôle complète. Par ailleurs, nous discutons directement avec les employés. À la fin de la journée, nous passons en revue les conclusions en compagnie de toutes les personnes impliquées, nous définissons une première série d’actions et nous donnons quelques conseils sur tous les aspects concernant leur mise en œuvre.

Que se passe-t-il après la visite de contrôle sur site ?

Après l’audit, nous travaillons à la mise en place, le cas échéant, d’actions correctives. Nous décidons ainsi des différents domaines dans lesquels les sites de production doivent faire des progrès. Une fois que les fournisseurs ont pris connaissance des actions correctives, ils ont 10 jours pour nous indiquer quand et comment les améliorations peuvent être mises en œuvre. Ce qui se passe ensuite est décidé au cas par cas. Parfois, nous recevons des photos de la part des fournisseurs, qui attestent que les manquements ont bel et bien été résolus. Si les problèmes concernent des sujets particulièrement délicats, nous nous rendons généralement plusieurs fois dans les usines. Pour moi, il est important qu’en cas de problèmes, nous n’annulions pas immédiatement nos commandes. Nous ne pourrons en effet contribuer à l’amélioration de la chaîne d’approvisionnement que si nous restons impliqués et que nous cherchons collectivement des solutions. Si un site de production ne répond pas intégralement à nos attentes dans des domaines stratégiques, dans un premier temps, nous prenons la décision de ne plus lui passer de nouvelles commandes. C’est pour nous un moyen de montrer que nous prenons la situation très au sérieux.

Quels sont les points faibles que vous détectez le plus souvent lors des audits ? Existe-t-il des différences d’une région à une autre ?

En Chine, le problème le plus fréquent concerne le nombre trop élevé d’heures supplémentaires effectuées par les employés. Parfois, les salaires et les indemnités, comme pour le travail le week-end, ne sont pas versés correctement ou à temps. Au Bangladesh, nous sommes particulièrement vigilants dans les domaines de la sécurité des bâtiments et de la protection de la santé. Nous espérons que notre travail sur le terrain aura un impact positif à long terme et qu’il permettra aux fournisseurs et aux sites de production de prendre davantage conscience de ces sujets.

Un grand nombre de problèmes structurels ne peuvent pas être réglés uniquement par les entreprises. Quelle importance revêt la collaboration avec d’autres acteurs ?

Cette collaboration est très importante. Grâce à notre implication dans la Business Social Compliance Initiative (BSCI) du réseau amfori, nous participons, par exemple, à des rencontres régionales sur le thème de la responsabilité sociétale de l’entreprise en Asie. Cette initiative vise avant tout à encourager les entreprises à se rencontrer et à échanger entre elles sur le terrain au sujet des problématiques et des défis du quotidien. Les informations pratiques que nous obtenons ainsi sont transmises au service RSE de la société ALDI Einkauf. Ce service travaille ensuite en collaboration avec d’autres membres amfori BSCI au développement de la norme pour la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement plus durable. Une norme qui simplifie également le travail de nos fournisseurs, dans la mesure où, sans elle, ils seraient obligés de répondre à un grand nombre d’exigences différentes.

Passer de la région de la Ruhr à la mégalopole de Hong Kong a été une grande aventure personnelle. Comment travaille-t-on en Asie ?

Cette expérience a effectivement été un vrai changement pour moi. Ici, par exemple, les gens n’ont pas l’habitude d’aborder les problèmes directement. Ils ont peur de perdre la face. Il est donc préférable de discuter personnellement avec les employés et les partenaires, et de veiller à ne formuler des critiques que de façon indirecte. J’ai eu la chance d’avoir pu déjà travailler dans un pays étranger et j’aime bien m’intégrer dans de nouveaux environnements culturels. Cela a simplifié mon arrivée à Hong Kong.

Bureau de la société ALDI CR-Support Ltd. à Hong Kong

Fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement chez ALDI Nord

Nous n’achetons pas directement nos produits non alimentaires en Asie : nous nous adressons à des fournisseurs, qui font office d’intermédiaires entre nous et les sites de production. Ces fournisseurs font appel à des fabricants possédant différents sites de production, dont ils doivent remonter toutes les informations dès lors qu’ils déposent une offre auprès de nos services. Dans le cadre de notre mission, nous ne nous contentons pas de vérifier les conditions de travail dans les usines. Nous soumettons également les fournisseurs à un contrôle approfondi avant de leur confier des commandes. Quelle est l’étendue des connaissances du fournisseur concernant les sites de production ? Comment sa chaîne d’approvisionnement est-elle structurée ? Connaît-il suffisamment les problématiques de responsabilité sociétale de l’entreprise ? Autant de questions qui nous aident à identifier les risques que représente un fournisseur en particulier. Les audits sont ensuite une bonne démonstration par l’exemple : ils permettent en effet de confirmer si les fournisseurs saisissent réellement l’importance des normes sociales et de travail, et s’ils ont choisi une usine qui répond à nos exigences.

Autres contenus
Faits marquants
Bien-être animal et entreprise de discount – Une contradiction?

De plus en plus de consommateurs souhaitent savoir d’où proviennent les produits alimentaires d’origine animale qu’ils peuvent acheter dans nos magasins. En collaboration avec nos fournisseurs et différentes organisations, nous travaillons sans relâche sur le sujet du bien-être animal.

Gestion
Parties prenantes et réseaux

Nous nous inspirons des discussions avec nos parties prenantes lors de la mise en place de notre travail en matière de responsabilité sociétale de l’entreprise. Nous échangeons régulièrement avec les clients, collaborateurs, ONG, initiatives, associations, fournisseurs, partenaires commerciaux, comités d’entreprise et syndicats.

Thèmes centraux
Normes durables dans la chaîne d’approvisionnement des produits non alimentaires

Nous nous engageons pour des conditions de travail sûres et justes et à respecter les normes environnementales, partout où nous exerçons une influence.

Faits marquants
D’où viennent les bâtonnets de poisson ?

De plus en plus de consommateurs souhaitent savoir d’où viennent les produits de la mer. Et de plus en plus souvent la réponse est la suivante : de la pêche durable. C’est ce que confirme par exemple le label MSC bleu présent sur de nombreux emballages.

Faits marquants
Du champ de coton aux rayons de nos magasins: itinéraire d’un body pour bébé

La plupart des vêtements que nos clients trouvent dans nos magasins ont déjà parcouru des milliers de kilomètres. Nos bodys pour bébé, par exemple, commencent leur long voyage dans les champs de coton indiens.

Faits marquants
Un jour placé sous le signe de la qualité

« La meilleure qualité au meilleur prix » : pour tenir cette promesse, tous les produits proposés par ALDI Nord font l’objet de contrôles qualité très sricts. Pour les collaborateurs du service Qualité, il s’agit d’une mission exigeante.

Faits marquants
Il est temps de passer à l’action !

Texte sur le thème de la pêche : en 2017, ALDI Pologne a été partenaire officiel de la campagne d’anniversaire du Marine Stewardship Council (MSC). Une bonne occasion de parler des méthodes de pêche durables et du label MSC.

Gestion
Priorité

Nous tenons à savoir quelles sont les problématiques de développement durable les plus importantes aux yeux de nos parties prenantes. C’est pourquoi nous nous appuyons sur les conclusions de notre processus d’évaluation des priorités.

Faits marquants
Le contrôleur de fruits et légumes au service des produits frais

Des contrôleurs qui inspectent minutieusement pommes et concombres ? Ça existe ! Les experts en produits frais contribuent à répondre aux attentes élevées de nos clients.